Commencer le Bullet Journal, quand on est un peu feignant et qu'on voudrait l'être moins

Commencer le Bullet Journal, quand on est un peu feignant et qu'on voudrait l'être moins

Je t'ai déjà parlé de ce fantastique outil d'organisation qu'est Trello. Mais il n'est pas le seul outil que j'utilise pour être à peu près organisée.
Pour tout ce qui est to-do listes générales et emploi du temps, je ne trouve pas Trello pratique. Les listes à cocher sont forcément dans les cartes, et si il est possible d'avoir une vue calendrier, je ne le trouve pas idéal par rapport à l'usage que je voudrais en faire. J'ai essayé pas mal d'applications calendrier/agenda avec le temps, sans jamais en adopter vraiment une.

Test n°1, et n°2, et n°3 et...

Après en avoir beaucoup entendu parlé sur internet et par les copines, avoir bavé sur de magnifiques décorations sur Pinterest et Instagram, j'ai fini par tester le Bullet Journal, sans grande conviction.
J'étais persuadée d'être à fond dans ce nouvel outil pendant 15 jours puis de laisser tomber petit à petit.

Alors ? Ba j'ai adoré, pendant 15 jours. Après, j'adorais toujours, mais j'adorais de loin, le carnet bien rangé dans un placard. Et puis j'ai recommencé, parce que vraiment c'était pratique. Et puis j'ai oublié un peu.

J'ai modifié plusieurs fois les mises en pages, j'ai testé plein de collections différentes, j'ai abandonné complètement, puis repris consciencieusement.

Bref, ça m'a pris du temps, pour vraiment adopter le bullet journal. Mais j'y suis arrivé ! 🎉 Il a fallu plusieurs mois, et il m'arrive encore d'avoir des jours où j'oublie de le sortir, mais c'est vraiment de plus en plus rare.

Tester, tester, tester...

Il ne faut pas oublier que le Bullet Journal est un outil non seulement personnalisable, mais dont la personnalisation est obligatoire. On peut bien évidemment reprendre des mises en pages existantes, mais je n'y crois pas trop. Et ce n'est pas vraiment l'intérêt d'ailleurs.

Si on veut s'y mettre, il faut s'y mettre. Pour toi, en exclusivité (non), voici les grandes étapes du "je teste le bullet journal pour voir parce que ça a l'air bien mais ça a l'air relou quand on est un peu feignant·e mais en même temps je voudrais être moins feignant·e" #titredefolie.

1) Acheter un carnet, ou en utiliser un qu'on a déjà

Si tu n'es pas sûr·e de tenir le bujo, récupérer un carnet, genre vieux carnet d'école par exemple, peut être un bon plan, ça évite des achats inutiles. On peut même carrément construire un carnet à base de feuilles vierges (je ne fournis pas le tuto). Certain·e·s auront au contraire besoin d'avoir un beau carnet tout neuf pour mieux s'y mette. Je te laisse juge de tes propres névroses.

2) Commencer

Au départ, ne pas faire plus d'un mois. Essaye de penser une mise en page pratique pour toi (et pas pour un·e autre). Est-ce que tu as beaucoup de choses à mettre par jour ? Si oui, une page par jour, ou pour 2 jours, peut être une bonne idée. Sinon, une double page par semaine suffira. Veux-tu suivre des habitudes (nouvelles ou non) ? Si oui, à quel rythme ?

N'hésites pas à t'inspirer d'exemples Instagram ou Pinterest, c'est en les testant "sur le terrain" que tu pourra les adapter pour aller vers quelque chose qui te corresponde vraiment.

3) Décorer. Ou pas

Malheureusement, tout le monde n'a pas un immense talent d'artiste, caché ou pas. Du coup, si les blogueur·se·s et autres instagrammeur·se·s nous épatent avec leurs superbes décoration qui donnent envie de passer notre temps à regarder notre BuJo, ben en vrai c'est pas si facile.
Là, tu as 3 stratégies (si tu ne sais pas trop trop dessiner, parce que si tu es un·e artiste ça ne compte pas, tu triches 😜) :
  • Te lancer à corps perdu dans la création artistique, prendre des cours, travailler sans relâche jusqu'à égaler tes modèles. On est d'accord que pour les feignant·e·s, c'est pas la solutions idéale. En tout cas pas dans un premier temps.
  • Devenir maître·sse de l'imprimante, du papier calque et de la reproduction. C'est de l'art, on peut copier sur son voisin. Copier des jolies présentation vues sur internet, ou même acheter des stickers et autres pochoirs sur des sites comme etsy par exemple. Cela permet d'avoir un joli bullet journal dans lequel on a envie d'écrire même si on ne sais pas tenir un pinceau correctement.
  • Abandonner la décoration. Tu n'es pas feignant·e, mais adepte du minimalisme (en plus c'est tendance, tout bénef). Oublie les décoration, concentre-toi sur le contenu et la praticité de l'outil. En plus tu gagnes du temps à l'élaboration du bullet journal (ça prends du temps tous ces dessins).

4) Effacer, recommencer, continuer

Petit à petit tu va perfectionner ton bullet journal à vous. Le rendre utile à ton(tes) besoin(s). Attention, ce n'est pas du tout obligatoire ! Il est possible qu'en réalité le BuJo ne te soit pas très utile. Peut-être même qu'il t'empêchera d'avancer. Ce n'est pas grave, d'autres outils d'organisation existent (j'ai déjà parlé plusieurs fois de Trello, et je te parlerai bientôt de Notion 🤫), il te faut simplement trouver "le bon". Le bullet journal est un outil très tendance, mais il n'est pas adapté à toutes les personnes.
Donc, à force de temps et d'un peu de réflexion, tu aura le BuJo idéal pour toi. Ou alors tu changera régulièrement d'organisation et adorera ça !
Crédits photos :
Les photos instagram sont intégrées d'Instagram, si vous êtes l'auteur·ice d'une image et souhaitez que je l'enlève pas de problème contactez-moi et je l'enlèverai aussitôt.
Image principale : Photo by Estée Janssens on Unsplash
Image Pinterest 1 : Photo by Vladimíra Osadníková on Unsplash
Image Pinterest 2 : Photo by Renáta-Adrienn on Unsplash
Et voilà ! J'espère que cet article t'aura été utile pour comprendre / appréhender / commencer le bullet journal. N'hésite pas à poser tes questions où noter tes remarques dans les commentaires ci-dessous.
Tous mes articles préférés sur l'organisation :
Partage Pinterest Commencer le Bullet Journal, quand on est un peu feignant et qu'on voudrait l'être moins
Partage Pinterest Commencer le Bullet Journal, quand on est un peu feignant et qu'on voudrait l'être moins